Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2013

Perles du BAC 2014: Persistance de la réaction anti-socialiste parmi la jeunesse

Le soviet des camarades correcteurs du BAC 2014, nous fait part de cette "perle" dénichée parmi les copies rendues.

La note attribuée aura fait chuter le taux de réussite à l'examen à 99,99% cette année, mettant ainsi en péril le Plan Quinquénal Educatif Socialiste et Démocratique.

L'individu réactionnaire auteur de cet attentat au régime, devra être convoqué au tribunal populaire et citoyen, pour être inscrit d'office à une session de motivation démocratique, dans un centre d'hébergement encadré et sécurisé. Ses parents, frères et soeurs, parentèle proche, seront les bienvenus pour une remise à niveau salutaire... 

Question au Bac 2014 Définissez la notion de dictature (argumentez) 2.jpg

NDR: la photo de droite est l'oeuvre d'un lycéen, reporter-photographe, Louis Witter (http://lou314.wix.com/louiswitter)

16/07/2013

"On n'est pas là pour se faire embarquer"

Chanson "On n'est pas là pour se faire embarquer"

Ou "complainte des Veilleurs du Roi"

D’après « On n'est pas là pour se faire engueuler » de Boris Vian

veilleur

Un beau matin de 14 juillet, le réveil

A sonné dès le lever du soleil

Et j´ai dit à mes gâs : "Rembarre Rembarre !

C´est aujourd´hui que Flamby passe la revue

Allons donc sur les Champs Elysées

Y’a un président normal à défier et à narguer"

Mais illico nous v’là r´foulé par les agents

Alors j´ai dit :

On n´est pas là pour se faire embarquer

On est là pour bien protester

On n´est pas là pour se faire alpaguer

On s’ra toujours là pour résister

Pour gueuler contre la loi, contre Taubira

Ça f´ra du tort à la République

Tant mieux, laissez-nous donc la pendre

Et, bien plus tard, quand le roi reviendra

Ma parole, nous, on s’ra là

L’jour de la fête nat’, devant les bataillons

J’ai sorti mon drapeau et crié « hou hou ! »

Les cognes me sont tombés d’ssus

Pas avec la manière, j’vous l’dit

Les argousins, les gardiens du régime

Ils m’ont arraché le drapeau des mains

Le drapeau de la révolte et de l’insurrection

Alors j´ai dit :

On n´est pas là pour se faire emballer

On est là pour vivement contester

On n´est pas là pour se faire épingler

On est là pour vraiment rouspéter

Pour gueuler contre la loi, contre Taubira

Ça f´ra du tort à la République

Tant mieux, laissez-nous la pendre

Et, bien plus tard, quand le roi reviendra

Ma parole, nous, on en sera

Les condés ont tapé si dur cette fois-là

Que j’ai trépassé l´ soir même et voilà

Que j´me r´trouve au paradis vers minuit

Croisant Lucifer, bien abattu et déçu

d’avoir embarqué quelques élus bien connus,

Taubira, Valls, Ayrault et Hollande ! En enfer

Y vont pas souvent rigoler avec ces austères !

Alors j´ai dit :

On n´est pas là pour se faire arrêter

On est là pour ne rien lâcher

On n´est pas là pour se faire serrer

On s’ra toujours là pour chouanner

Pour gueuler contre la loi, contre Taubira

Ça f´ra du tort à la République

Tant mieux, laissez-nous la pendre

Et, bien plus tard, quand le roi reviendra

Même morts, nous, on jubilera

Tout ça prouve qu´en protestant

Quand il est encore temps

On peut finir par obtenir des arrangements !

                               SOUDARDED 2013

09/07/2013

On n'a rien lâché à Saint Gildas des bois !

Votre serviteur et ses acolytes du gang des ONLR, s’étaient invités ce 9 juillet au départ du tour de France. Comme vous le remarquerez, être plus près de l'évènement n'était guère possible.

Les images ne le montrent pas (pour le moment), mais une petite saynète fut jouée sur le devant de la mairie: de paisibles veilleurs se faisant réprimander par un pandore de fantaisie à l’accent périgourdin (je suppose), au nez crochu et au menton à galoche, juché sur un biclou à gyrophare, hystériquement républicain et demandant que l'on embastille ces empêcheurs de marier en rond !

Une animation non prévue par les organisateurs du TDF !

(cliquer sur les photos pour agrandir)

saint gildas des bois, tour de france   saint gildas des bois, tour de france

 saint gildas des bois, tour de france   saint gildas des bois, tour de france

 saint gildas des bois, tour de france   saint gildas des bois, tour de france

Notre sympathique intervention fut dans l’ensemble bien perçue, même si les badauds étaient bien davantage accaparés par le maillot jaune et les hôtesses des divers stands (plutôt élégantes, d’ailleurs. Et ne versant pas trop dans la sempiternelle diversité chère à Najat, notre reine du tajine mrouzia. Le temps m’aura hélas manqué pour entamer une conversation sur l’empirisme organisateur… soupirs…).

Bref, nos différentes actions, la saynète, le déploiement de drapeaux devant la mairie et notre présence permanente sur le muret du presbytère, auront dénoté dans ce temple provisoire de la petite reine (nous, c’est la grande qu’on veut !).

Heureusement, il n’y a pas de fête sans convives qui se fassent remarquer par un comportement d’une beaufitude assumée. Première du lot, une espèce de citrouille surmontée d’une tête de gargouille se mit à nous invectiver depuis son mètre 40, et tenta de nous envoyer une sécrétion visqueuse depuis l’orifice lui faisant office de bouche. Le dragon devait présumer de ses forces, car le graillon ne put atteindre sa cible, vu qu’on était 2m50 plus haut. Pour avoir croisé la mégère un peu plus tard, je vous assure qu’elle n’avait pas quitté son air de bouledogue coincé. On a dû lui gâcher sa journée.

Lors de la dispersion de la foule après le départ des coureurs, ce fut une courageuse bande de faux anars qui dans  d’un élan sublime et d’une folle témérité (ils étaient bien à 50m et nous, toujours sur notre mur), nous adressèrent quelques signes significatifs que la décence ne me permet pas de décrire ici et nous lancèrent quelques « à l’échafaud ! » en se dépêchant de quitter les lieux. Je ne serais pas plus étonné que cela, si la gauche un jour, rétablissait la peine de mort… pour nous autres bien évidemment, les réacs, les cathos.

Dernière anecdote, avec nos amis les pandores, cette fois. Bon, d’accord, la bleusaille était plutôt sympathique et de bonne humeur (malgré notre saynète qui ne les mettait pas en valeur), mais quand nous avons commencé à agiter nos drapeaux devant les caméras de France Télévision, on a senti comme un raidissement de leur part et une volonté appuyée d’un retour à l’ordre moral républicain et laïc. On n’aura bien tenté de négocier, mais il parait que la place était privée ce jour-là, puisque louée par la bande à Gérard Holtz. Soit. Alors dans un élan sacrificiel et un état d’esprit que j’ose qualifier de réellement kamikaze, je fis remarquer au grand schtroumpf à calot et à sa dizaine de potes à flashball, qu’à 10 mètre de nous, des camarades de la GGT déambulaient affublés de chasubles à l’effigie dudit syndicat. Après un temps mort de deux bonnes secondes (le temps de faire pivoter sa trogne et de digérer l’info), notre bel officier (1m90 au garrot au bas mot. Kamikaze, je vous le disais bien !), trouva l’argument massue : eux y peuvent, parce que c’est des chasubles qu’ils portent. Les drapeaux, non, les chasubles oui… Palsambleu ! Euréka ! Faites passer le message : les chasubles sont autorisées partout ! Mères de famille, à vos ouvrages ! Du coup, un de mes acolytes s’empressa derechef devant la maréchaussée, de placer un drapeau devant son torse, faisant mine d’aller parader ainsi. Cela n’aura pas déclenché l’hilarité générale chez nos chevaliers du guet. Nous avons senti à leur masque devenu subitement très renfrogné, que nous devions évacuer les lieux pour le plus grand bien de notre casier judiciaire. Il eut été ballot de se faire embastiller le jour même de la libération de Nicolas !

Voilà qui clôtura cette belle journée ensoleillée et qui méritait bien que votre serviteur posa un RTT pour la cause !

Quelques liens sur notre action :

02/07/2013

Pour sauver l’église de Gesté de la démolition : tous présents le 6 juillet !

Alerte du  02/07: Protestation annulée - Ne pas se rendre à Gesté - En attente de référé

Je relaye ici, l'appel à protester contre la destruction de l'église de Gesté. Soyons le plus nombreux possible pour empêcher la suite de la destruction de cet édifice et empêcher la république de poursuivre son oeuvre anti-catholique.

lien: Pour sauver l’église de Gesté de la démolition : tous présents le 6 juillet !

gesté

Tous à Gesté le 06 juillet à 11h !

et bien entendu:

ON NE LACHE RIEN !

24/06/2013

Le maire de Mésanger (44) ne lâche rien !

mésanger, taubira

200 personnes sont venues afficher samedi dernier, leur soutien à M. Jean-Yves Clouet, maire de Mésanger (Loire-Atlantique), qui avec d’autres, refuse de se soumettre au diktat de la loi Taubira.

Par ce « café pour tous », nous avons face à 50 tristes opposants au maire, montré aux élus locaux que le peuple restait mobilisé pour continuer la lutte.

Les « On ne lâche rien ! », « Liberté de conscience ! » ponctuèrent les discours des organisateurs et du maire. Et quand les collabos d’en face criaient « démission ! », nous répondions « Hollande ! », ce qui au final faisait un très joli « Hollande démission ! » dans le frais matin du pays d'Ancenis.

  • 1er constat : le gauchiste est stupide.

1 ou 2 crétins tentèrent bien de fendre la foule pour chercher l’affrontement, mais le service d’ordre dont faisait partie votre serviteur, empêchera courtoisement mais fermement, à ces soixante-huitards sur le retour de pénétrer notre espace. Les gendarmes locaux n’eurent même pas à décroiser les bras. Pas même un anti-fa ou un anar à se mettre sous la dent.

  • 2ème constat : le gauchiste est mou ! 

taubira,mésanger

 taubira,mésanger

Les cadres du CRAF et de l'URBVM en action de protection de la manifestation

Quelques tentatives de débats eurent bien lieu, mais une certaine rigueur intellectuelle, m’oblige à dire que l’argumentaire des gauchisasses ne valait pas tripette ! On passera ainsi sur le slogan écrit sur un bout de carton, façon élève du CP en voie d’acquisition de l’écriture, qui proclamait que « la conscience, c’est la science des cons ». Slogan de cerveaux ramollis n’ayant visiblement rien compris de l’œuvre pessimiste teintée d’absurde, de Boris Vian. Et que dire des « respect de la loi » éructés, alors qu’eux-mêmes, en d’autre temps, violaient la législation en organisant de faux mariages pour forcer les dirigeants politiques à créer ce mariage de la honte ! Evidemment, je vous épargne les indémodables « fâchistes ! » et autres « pétainistes ! », qui sont le socle de l’argumentaire bolchévique et qui font tout le charme d’un débat d’idées avec ces démocrates bon teint.

  • 3ème constat : le gauchiste n’a pas d’idées !

Bref, nous espérons que ce maire, ainsi que l’ensemble des élus de nos provinces qui voient dans le mariage homo, un signe de dégénérescence de la France, sera ragaillardi par ce « café pour tous » et que longtemps dans sa tête, résonneront les :

« ON NE LACHE RIEN ! »

20/06/2013

Hollande, l'embastilleur !

nicolas-2-6b0f0.jpg

Nicolas, condamné hier à une peine de deux mois de prison ferme pour rébellion.

Son crime ? Vol ? Trafic de drogue ? Détroussage de voyageurs dans le RER ?

Rien de tout cela.

Simplement interpellé sur les Champs Elysées sans aucune sommation d’usage, après avoir manifesté devant le siège de M6 où se produisait un certain président. Réfugié dans la Pizzeria Pino, avec la bienveillance d’un serveur, les argousins l'ont suivi et passé à tabac.

Voilà de quoi est capable ce régime. La république à peur, elle lâche ses chiens.

Voilà pourquoi ON NE LACHERA RIEN, ni aujourd'hui, ni demain ! Il faut sortir Nicolas des géôles républicaines, et faire tomber ces apprentis dictateurs que sont Hollande, Valls, Taubira et consorts.

Que cherchent-ils ? Nous faire descendre dans la rue ?

Nous répondrons : "PRESENTS !"

De ce jour de fin de printemps calendaire, se poursuit le Printemps Français qui durera jusqu'à l'abrogation de la loi inique. Nous serons là en juillet, en août. Sur les marchés, sur les plages, lors des déplacements des ministres.

Et en septembre, nous leur promettons une rentrée qui prouvera que nous sommes déterminés et inflexibles. Nous n'avons pas besoin de martyrs pour notre cause, mais ce qui arrive à ce pauvre Nicolas doit renforcer notre volonté de lutter contre ce gouvernement et ce régime !

En attendant, que nos prières accompagnent Nicolas et ses proches dans cette épreuve.