Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2010

Pourquoi Soudarded n’aura pas le Goncourt de la toile

Ah les faux-derches !

 

Je me disais bien que mon inscription à ces « Golden Blog Awards » s’était trop bien passée pour qu’il n’y ait pas anguille sous roche. Etre nominé pour le Goncourt de la toile, le Molière du Net et le Nobel du World Wide Web réunis, ça en jetait, pourtant.

Ben, ça n’aura pas trainé trop longtemps cette histoire. Quelques heures après mon inscription, hop, plus de Soudarded dans la liste. Jeté comme un malpropre. Ou plutôt, comme un pestiféré.

Ayant constaté cette brutale éviction de la noble académie sans autre forme de procès, et avant de m’enfiler moult tablettes de Prozac ou d’Effexor pour m’en remettre, je me suis fendu d’un courriel au GO pour exiger des explications, à défaut de réparations (les duels de nos jours, ça ne court plus les prés). J’ai reçu la réponse suivante qui vaut son pesant de mesquinerie bien pensante (après avoir tout de même traité ce concours dans mon courriel, de farce aussi crédible qu’un scrutin afghan de l’ère Karzaï. Pas rancunier le Decazes):

« Afin d’éviter tous les problèmes créés par les blogs politiques, nous avons décidés d’exclure des Golden Blog Awards tous les blogs politiques sans exception, de gauche comme de droite.

Les Golden Blog Awards ne prennent pas en compte les candidatures de blogueurs exprimant tout propos, idée et expression de valeur qui soit aux antipodes des valeurs républicaines, démocratiques et laïques, et notamment toute tribune à propos communautaire, identitaire et extrémiste, ou à propos portant plus généralement atteinte à la paix, la sécurité et la sûreté publique. »

 Cordialement,

Augustin DECAZES

Organisateur Golden Blog Awards

Démasqué donc, le Soudarded ! Exit les blogs estampillés HLPSDNH (pour rappel : Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire).

Cette exclusion ne concerne donc, à lire la réponse du sieur Decazes, que les sites n’ayant pas démontré un républicanisme laïque de bon aloi, et n’ayant pas donné de gages suffisants à notre bonne Halde. J’aurais du m’en douter, naïf que je suis.

Conclusion : pas de politique dans ce concours. Et tout cela justifié par des raisons politiques ! Imparable, non ?

 

Le plus drôle de l’histoire est que, faute de combattants vu le nombre apparent d’exclusions qu’il a fallu prononcer, la catégorie « actualité générale » est finalement supprimée. Il faut croire qu’un sacré nombre de candidats anti-républicains, anti-démocratiques, anti laïques, communautaires, identitaires, extrémistes ou portant atteinte à la paix, la sécurité et à la sûreté publique, auront donc tenté de s’inscrire. Ah, les fourbes, les imposteurs, les visqueux ! (à mon avis, il y a des descentes de police dans l’air, vu le nombre de terroristes qui se promènent donc tout à fait impunément sur la toile).

Bien que la France du net soit apparemment devenue le repaire des nostalgiques de la chouannerie, du 6 février ou de la LVF (les ventes de bérets ont parait-il explosé ces derniers temps), les bobos germanopratins n’auront pas à craindre qu’un « Fdesouche.com », au hasard, arrive en tête de cette tartuferie. Ca aurait fait désordre quand même, et probablement gâché la fête à l’Hôtel de ville de Paris.

La mort dans l’âme, l’organisation s’est donc fendue du communiqué suivant (lien : http://gbackstage.fr/):

« …la catégorie “actualité générale” se retrouvant pour ainsi dire “dépeuplée”, car sans rentrer dans des propos philosophiques: tout est politique,

Nous avons du donc prendre la difficile mais évidente décision de supprimer la catégorie “actualité générale”, même si cela nous coupe de certains blogs de qualité… »

Snif. C’est ballot, quand même. Alors que le gros intérêt d’Internet, pour un internaute doté du minimum légal en neurones, est de pouvoir consulter des sites politiques, des blogs d’idées un tant soit peu affirmées voire effrontément polémiques, histoire de s’affranchir de la dictature molle ambiante, cette modification du règlement ôte finalement tout intérêt à la chose. Les sites attirant le plus de visiteurs en général, sont précisément ceux dits d’opinion. Les organisateurs vont donc devoir trancher entre des sommets d’intelligence et de bon goût comme celui-ci, ou mignons tout plein comme celui-là. Je vous laisse découvrir et savourer.

Ca va être croquignolet à la remise des prix.

 

Chose étrange, on trouve parmi les sélectionnés, des sites au prosélytisme musulman pourtant très affirmé (http://iletaitunefoi.com/1/). Ah tiens ? Et ce n’est pas communautaire ça, des fois ? Perplexe, j’ai demandé une explication de l’organisateur à ce sujet. J’attends toujours la réponse.

Du coup, je suis moins impatient de connaitre le vainqueur de cette pantalonnade. On récompensera sûrement une écervelée venue d’une ZUP quelconque, pour son blog « vraiment trop de la balle », ayant pour objet le feuilleton « les feux de l’amour ». Le trophée fera bel effet sur la commode Fly, entre la boule de neige souvenir du Cap d’Agde et le dernier Marc Levy.

 

Vous ne verrez donc pas Jean-Bernard Bros, membre du jury  (et accessoirement adjoint au Maire de Paris, groupe socialiste-radical de gauche et apparentés, ce qui confirme le côté apolitique de ce concours…), remettre un trophée à Soudarded. Vais-je m’en remettre ?

De toute façon, on s’en tape de leur machin.

« ¡Han pasado! »

21/04/2009

Après la fuite des cerveaux ... celle des taureaux ?

« Un taureau en fuite recherché à Saint-Etienne »

Une information qui prêterait vraiment à sourire. Mais derrière ce qui peut ressembler à un gag digne de Max Pecas, notre esprit retors nous aura fait imaginer un autre scénario. Essayons donc de décrypter le message qui nous est ainsi livré.

 

Source officielle : Un hélicoptère a été mobilisé lundi à la mi-journée pour tenter de retrouver un taureau évadé de l'abattoir de Saint-Etienne dans la Loire. Les recherches ont été étendues à la ville de La Talaudière et aux communes environnantes. Mais sans résultat dans l'immédiat. Par précaution, des mesures de confinement ont été prises pour plusieurs écoles et une maison de retraite.

 

Sachons lire entre les lignes. Dotés de notre fameuse méthodologie de décryptage de la logorrhée officielle (MDLO), nous sommes en mesure de vous soumettre la vraie signification de cette communication.

 

Traduction via MDLO: Un hélicoptère (agent des contributions) a été mobilisé lundi à la mi-journée pour tenter de retrouver un taureau évadé de l'abattoir (de l’administration fiscale) de Saint-Etienne dans la Loire. Les recherches ont été étendues à la ville de La Talaudière et aux communes environnantes (aux pays voisins ; Suisse notamment). Mais sans résultat dans l'immédiat. Par précaution, des mesures de confinement ont été prises pour plusieurs écoles et une maison de retraite (ses comptes ont été saisis, et ses biens mis sous séquestre).

 

Une source sûre nous a fait parvenir le document reproduit ici. Ce cliché fut pris dans les locaux de l’administration fiscale quelques instants avant la fuite du contribuable. L’agrandissement montre clairement la nature du document qui a provoqué le sauve-qui-peut du bestiau.

 

Je vous rappelle que le même document sera dans vos boîtes à lettres à la fin de ce mois.

 

 

 

Art 23 - Après la fuite des cerveaux ... celle des taureaux.jpg
... vous êtes encore là ?

16/04/2009

TF1 et la Dhimmitude attitude

Ça c’est de l’info, coco !

Un illuminé qui martyrise sa petite famille en lui prodiguant une méthode éducative non approuvée par la DDASS, ça va faire les choux gras et le titre principal du journal : maltraitance, privation d'aliments et de soins, comportement sectaire au sein de sa famille, châtiments corporels violents à ses huit enfants… C’est du lourd, du sensationnel.

 

On a donc vu. Mais pas tout entendu.

 

Ce qui est remarquable, c’est l’excès de pudeur de la rédaction quand à l’origine ethnique et religieuse du susdit paternel. J’ai eu beau regarder les journaux de la chaîne, rien n’aura transpiré. Il faudra aller voir chez la concurrence pour comprendre que le papounet est d’origine marocaine et pratique un islam pour le moins viril.

 

Ah tiens ? Et pourquoi donc, je vous prie ? Un petit quelque chose me dit que si le méchant géniteur avait été, allez au hasard, blanc, catholique voire catho intégriste (avec 8 enfants, ça pourrait y ressembler, non ?), nous aurions été dûment informé de la déviance religieuse du chef de famille. On parie ?

 

Mais en l’espèce, nada, rien, nichts, peau de balle.

 

Non, à TF1, on a des Principes. On ne se risquera donc pas de jeter l’opprobre sur une religion humaniste, droit-de-l’hommiste et respectueuse de l’économie de marché (pas comme chez ces fâchistes de papistes qui nous empêchent de niquer tranquille). Oulala, c’est qu’on ne rigole pas du tout avec ça. Une fatwa étant vite édictée, pas la peine de se faire remarquer sottement. La sensibilité à fleur de peau des pratiquants de la religion mahométane, peut en effet déclencher l’ire de quelques barbus de banlieue. On a beau se convaincre que l’islam est une religion modérée, pas la peine de déclencher une manif de babouches et de burka. Ou pire encore.

 

Donc, on escamote, on dissimule, on élude. Pas de vagues. Profil bas. On dit la vérité, mais pas TOUTE la vérité (refrain connu d’un quotidien du soir). Pas question d’avoir des soucis avec l’UOIF (union des organisations islamiques de France) ou le CFCM (conseil français du culte musulman).

 

A TF1, on a donc des Principes. Ou la trouille.

 

Dhimmitude attitude.

 

 

Art 22 - Dhimmitude attitude.jpg

 

 

 

 

13/02/2009

Un journaliste au pilori

Art 14 - Kouchner & Péan.JPG

« Tout au long de ce livre, fait d'amalgames et d'insinuations ; d'allusions insidieuses, si je puis me permettre, il y a des mots. Il y a un certain nombre de passages et d’expressions très précises qui ne sont pas là par hasard, et qui m’accusent de personnifier la contre idée de la France, c'est-à-dire l’anti-France, le cosmopolitisme. L’accusation de cosmopolitisme en des temps difficiles messieurs et mesdames les députés, ça ne vous rappelle rien (murmures dans l’assistance) ? Moi si. »

Bernard Kouchner (Assemblée nationale - questions au gouvernement – 4 février 2009)

 

Clap, clap, clap, « French Doctor ». Chapeau bas. Un tour de passe-passe bien ajusté et voilà détournées, évaporées et escamotées, les accusations de ce « nigaud » de Péan, que voilà fort marri (voir un peu plus, en considérant sa réaction dans « Arrêt sur image », qui le recevait dernièrement).

 

Usée, éculée, la contre-attaque du Consultant en culture rizicole fut pourtant mortellement efficace.

 

Le scud utilisée par le Gourou du Droit d’Ingérence ? Se dire victime de l’anti-sémitisme. Ah, la vache ! Ca ne pardonne pas.

 

Il aurait du quand même se méfier le Péan. Quand on s’attaque aux seigneurs de la République, aux indéboulonnables du régime, il y a des choses à ne pas faire, à ne pas dire, et encore moins à écrire.

Traiter un baron du système de « cosmopolite », c’est de nos jours s’assurer un avenir des plus pénibles. Là on ne rigole plus du tout, voyez vous.

Chauvin, nationaliste, patriote, ça on peut encore l’utiliser : pour dénigrer et faire passer son adversaire pour nazillon, pardi. C’est même très chaudement recommandé.

Mais cosmopolite, non. Pas bien du tout, ça. Très vilain. Surtout quand on a des penchants pro arabes, ce qui devrait déjà mettre la puce à l’oreille.

 

Ce gros naïf de Pierrot le Penaud pensait faire trembler un cacique du système. Raté, mon bon Pierrot. La bombe à retardement t’a sauté à la gueule. Le terrain était miné et te voilà les deux pieds dedans. Faudra sûrement pas compter sur les amis qu’il te restait pour le tirer de là.

Comment ne t’es-tu pas rendu compte qu’en écrivant « cosmopolitisme anglo-saxon », seul le mot cosmopolitisme serait retenu.

 

S’attaquer à un Giscard (affaire des diamants), à un Mitterrand (« Une jeunesse française. François Mitterrand. 1934-1947 »), à ELF (« V », pour les avions renifleurs entre autres), ou à un Foccart, n’est pas de tout repos et l’entreprise peut mériter d’être saluée (indépendamment des idées politiques du dit journaliste).

Mais quand on prétend dénoncer les compromissions et les prises d’intérêt d’un ministre, on doit d’une part se montrer convainquant (ce qui ne semble pas être toujours le cas dans « Le monde selon K », mais ceci est un autre débat), et d’autre part choisir soigneusement son vocabulaire. La cible en question est quand même sacrement vicelarde. Passer du « droit de l’hommisme », du socialisme et de la gauche caviar au Sarkozisme libéral est signe d’une habilité certaine. D’autres s’y cassent encore les dents, et ne savent plus quoi faire pour rejoindre la Malmaison (pardon, l’Elysée). Hein, Jack !

Le seul débat qui aurait mérité d’être abordé, porte sur les prétendus accommodements financiers de Sire Kouchner. Malheureusement, nous n’y auront probablement pas droit.

La discussion se résumera à : Péan - Dieudonné - Le Pen - Sevran, même combat.

 

Un journaliste est passé du côté obscur.

 

Vu l’expérience du Don Quichotte sur les affaires sensibles qu’il a pu traiter, on se doute que le petit opus à charge contre le sémillant porteur de riz, à du être lu et relu par une escouade d’avocats. Raté, ils n’auront même pas vu la bombe à retardement, les ballots.

 

Verdict final, et sauf miracle : « ce livre est un tissu de mensonges, car écrit par un anti-sémite ». Fermez le ban.

 

Et allumez le bûcher.

 

Pour tout à fait honnête, la réponse du ministricule relève davantage de l’allusion. En effet, l’accusation d’anti-sémitisme n’est pas directement portée par notre Saint Bernard des Porteurs de Riz, mais c’est tout comme. Je cite :

« L’accusation de cosmopolitisme en des temps difficiles messieurs et mesdames les députés, ça ne vous rappelle rien ? » (sous entendu, la « période la plus sombre de notre histoire »).

 

Des fois qu’il n’aurait pas compris, d’autres ont expliqué à Péan quel monstre il était. Hein, m’sieur Schneidermann ! (« Arrêt sur image ») : « … que vous dire, je ne suis pas dans le secret de votre âme, mais s’agissant d’un écrivain, d’un enquêteur chevronné, y’à des imprudences de plume qui laissent un peu sans voix ».

 

Le coup de grâce, un modèle de perfidie et de fourberie assassine. Merci confrère.

 

Est-ce pour autant une fin de carrière pour notre Gaston Lagaffe des scandales et des affaires d’état ? Evidement, non. Mais la pente à remonter sera raide. Son passé comportant quelques zones obscures, cette dernière charge ne va pas le rendre beaucoup plus fréquentable (« personnellement, j’ai déjà brûlé tous ses livres en ma possession, m’sieur l’inspecteur des renseignements Généreux ». Ndr).

Notre écervelé était déjà dans le collimateur de SOS Racisme pour son livre « Noires fureurs, blancs menteurs. Rwanda, 1990-1994 » (accusé, mais débouté de « diffamation raciale et incitation à la discrimination raciale »). A cette occasion, il s’était vu comparé à l'écrivain négationniste Robert Faurisson par un étudiant juif (il y a donc des précédents ! Décidément…).

Notre Pierrot va devoir ramer sévèrement, montrer patte blanche (façon de parler), et donner des gages de bonnes mœurs républicaine pour retrouver une virginité citoyenne.

 

Bon courage l’ami. La prochaine fois que tu voudras déboulonner une statue, il faudra montrer un peu plus de rigueur, et éviter de tomber dans des pièges grossiers. Faudra peut-être aussi trouver un nouvel éditeur.

 

 

Explication de texte

 

Pour ceusses qui douteraient de la signification infâmante du mot « cosmopolite », je rappelle les définitions qui y sont habituellement attachées :

  • « Personne qui, refusant les limites d'une nation, se déclare citoyen du monde »
  • « Personne qui voyage à travers le monde sans se fixer, par goût ou par nécessité (politique ou professionnelle) »

            (Source : Centre National de ressources Textuelles et Lexicales. Emanation  du CNRS)

 

C’est donc bigrement violent et attentatoire comme qualificatif, pensais-je sous l’émotion de cette Révélation. J’en ai l’estomac tout retourné.

 

Par contre, la suite de la définition me trouble et perturbe mon entendement. L’antonyme attaché à « cosmopolite » est en effet « nationaliste ». Ah ? Tiens ? Mais alors…

 

Mettons donc les choses à plat et pensons clair : si traiter son prochain de cosmopolite est injurieux et offensant, le traiter de  nationaliste serait donc par opposition, un sacré compliment.

 

J’en suis tout chamboulé.

 

Compte tenu de cette brillante démonstration, je signale à tout hasard aux Veilleurs de la « Bien Pensance », aux fins limiers de la Halde, aux inspecteurs du « Politiquement correct » qu’il y a un fichu nettoyage à faire sur le sujet en question.

Rendez-vous compte, rien qu’en tapant « cosmopolite » sur Google, on obtient les références suivantes :

  • « C'est ainsi que les jésuites sont cosmopolites : ils s'habituent aux coutumes ... L'Empire ottoman était un espace cosmopolite où coexistaient …  
  • « News : Cette année le Festival Cosmopolite se déroulera à Cormery (37) www.myspace.com/festivalcosmopolite » (festival de fâchistes, alors ?)
  • « Altermusica la radio cosmopolite. Découvrez les nouveautés et les incontournables en musiques du monde, reggae, soul, folk, jazz, funk, afrobeat, electro, ... » (la world music, que des fachos aussi ?)

L’hydre infâme serait-elle tapie là où on la soupçonnerait le moins. J’en frémis. Dois-je donc jeter mes disques de Johnny Clegg et de Manu Chao, brûler mes œuvres complètes de BHL ? Dois-je maintenant me précipiter sur les CD de Jean Pax Mefret, et lire du Maurras ?

 

Eclairez-moi.

 

 

Erratum urgent

 

Un ami libéral, progressiste et opposé au réchauffement climatique (on a tous un ami comme ça, n’est-il pas ?), me fait savoir que mon raccourci précédent est un peu trop audacieux et pourrait troubler des esprits faibles.

Il paraîtrait finalement que nationaliste, ça le fait pas non plus ! Enfin, plus depuis 1945.

Par contre, en Corse, au Zimbabwe, en Georgie ou en Israël, c’est plutôt toujours bien vu.

 

Comprend décidément plus rien, moi…